Recherchez un praticien :

Accueil

>

Actualités

>

Une nouvelle étude révèle un lien fascinant entre le niveau de fer et la durée de vie

Une nouvelle étude révèle un lien fascinant entre le niveau de fer et la durée de vie

Par Johanna Ramos - 25/07/2020 à 16:16

Une nouvelle étude portant sur plus d'un million de personnes a démontré que le taux de fer dans le sang pouvait jouer un rôle dans la durée de vie.

Cette nouvelle recherche est impressionnante par son ampleur, couvrant les informations génétiques de plus d'un million de personnes dans trois bases de données publiques. Elle s'est également concentrée sur trois mesures clés du vieillissement : la durée de vie, les années vécues sans maladie (appelées "durée de vie") et le fait d'atteindre un âge extrêmement avancé (la longévité).

Tout au long de l'analyse, 10 régions clés du génome se sont révélées être liées à ces mesures de longue vie, tout comme des ensembles de gènes liés à la façon dont le corps métabolise le fer.

En bref, le fait d'avoir trop de fer dans le sang semble être lié à un risque accru de mourir plus tôt.

"Nous sommes très enthousiasmés par ces résultats car ils suggèrent fortement que des niveaux élevés de fer dans le sang réduisent nos années de vie en bonne santé, et le fait de contrôler ces niveaux pourrait prévenir les dommages liés à l'âge", déclare l'analyste de données Paul Timmers, de l'université d'Édimbourg au Royaume-Uni.

"Nous pensons que nos découvertes sur le métabolisme du fer pourraient également commencer à expliquer pourquoi des niveaux très élevés de viande rouge riche en fer dans l'alimentation ont été liés à des conditions liées à l'âge, comme les maladies cardiaques".

Bien que corrélation ne signifie pas nécessairement causalité, les chercheurs ont utilisé une technique statistique appelée randomisation mendélienne pour réduire les biais et tenter d'inférer la causalité dans les données.

Comme le notent les chercheurs, on estime que la génétique a une influence d'environ 10 % sur la durée de vie et la santé, ce qui peut rendre difficile la sélection des gènes impliqués parmi tous les autres facteurs en jeu (comme vos habitudes de consommation de tabac ou d'alcool). Dans cette optique, l'un des avantages de cette nouvelle étude est sa taille et sa portée.

Cinq des marqueurs génétiques que les chercheurs ont découverts n'avaient pas encore été mis en évidence comme étant significatifs au niveau du génome dans son ensemble. Certains, dont l'APOE et le FOXO3, ont été identifiés dans le passé comme étant importants pour le processus de vieillissement et la santé humaine.

"Il est clair que l'association des maladies liées à l'âge et des célèbres loci de vieillissement APOE et FOXO3 nous permet de saisir le processus de vieillissement humain dans une certaine mesure", écrivent les chercheurs dans leur article publié.

Bien que nous n'en soyons qu'aux premiers stades de l'étude de cette association avec le métabolisme du fer, nous pourrions voir plus tard le développement de médicaments conçus pour abaisser les niveaux de fer dans le sang, ce qui pourrait potentiellement ajouter des années supplémentaires à notre vie.

Outre la génétique, le fer dans le sang est principalement contrôlé par l'alimentation et a déjà été associé à un certain nombre de maladies liées à l'âge, notamment la maladie de Parkinson et la maladie du foie. Il affecte également la capacité de notre corps à combattre les infections au fur et à mesure que nous vieillissons.

Cette dernière étude vient s'ajouter aux preuves de plus en plus nombreuses que la "surcharge en fer", ou l'incapacité à le décomposer correctement, peut avoir une influence sur la durée de notre vie et sur notre état de santé à un âge avancé.

"Notre objectif ultime est de découvrir comment le vieillissement est régulé et de trouver des moyens d'améliorer la santé pendant le vieillissement", explique Joris Deelen, qui étudie la biologie du vieillissement à l'Institut Max Planck de biologie du vieillissement en Allemagne.

"Les 10 régions du génome que nous avons découvertes et qui sont liées à la durée de vie, à l'état de santé et à la longévité sont toutes des candidats passionnants pour des études plus approfondies ».

Source : https://www.nature.com/articles/s41467-020-17312-3
A lire aussi : Que se passe-t-il si vous mangez trop de sel ?