Recherchez un praticien :

Accueil

>

Actualités

>

Les Etats-Unis autorisent le premier médicament imprimé en 3D

Les Etats-Unis autorisent le premier médicament imprimé en 3D

Par Emmanuel Brousse - 21/10/2015 à 12:49

Quand on pense aux progrès de la médecine rendus possible par l'impression 3D, les premières choses qui viennent à l'esprit sont les prothèses. Il y a pourtant bien d'autres choses qui peuvent sortir des imprimantes en trois dimensions, comme des comprimés par exemple.

Le Spritam est un médicament plutôt courant et commercialisé depuis de nombreuses années. Il se présente sous la forme de comprimés et permet de combattre les crises d'épilepsie. Mais son trait le plus remarquable est tout autre. En effet, le Spritam sera bientôt le premier médicament du monde à être imprimé en 3D. La FDA, l'organisme américain qui s'occupe de la régulation du marché des médicaments, vient en effet d'autorises la mise sur le marché de comprimés de Spritam d'un gramme issus de l'impression 3D. La commercialisation par l'entreprise Aprecia Pharmaceuticals des premières boîtes issues de cette nouvelle technologie devrait intervenir au premier trimestre de l'année 2016.

Pour l'heure, l'entreprise Aprecia Pharmaceuticals n'a cependant pas communiqué précisément sur d'autres médicaments qui pourraient être imprimés en 3D. Si elle a choisi le Spritam pour cette première, c'est avant tout pour des raisons pratiques : l'impression 3D permet en effet d'obtenir des cachets plus poreux qui se dissolvent bien plus rapidement dans l'eau et qui permettent d'absorber des doses beaucoup plus puissantes avec une seule gorgée d'eau. Présenté comme ça, l'avantage peut sembler anecdotique, mais dans la mesure où les crises d'épilepsie peuvent provouer des difficultés à avaler ou causer un état de panique, notamment chez les enfants, rendre les traitements plus faciles à absorber représente une vraie avancée pour les malades (même si le Spritam est un médicament préventif qui est à consommer dans le but d'éviter les crises). Aprecia a indiqué que la mise au point de médicaments réalisés par impression 3D se poursuivait et que les prochains médicaments à exploiter cette technologie viseraient d'autres troubles nerveux dans la mesure où la facilité d'absorbtion est un élément important pour ces produits.

Dans le futur, on peut s'attendre à voir d'autres types de médicaments être « imprimables » directement depuis chez soi, ce qui simplifierait grandement la vie des patients et ouvrirait la voie à des médicaments plus personnalisés avec des cachets sur mesure directement imprimés à la maison. Pour l'heure, les avancées médicales liées à l'impression 3D se trouvent majoritairement dans la dentisterie, la création de prothèses sur mesure et plus récemment dans l'impression d'organes qui a rencontré ces derniers mois des progrès spectaculaires.

Source :

FDA / Multivu.com