Recherchez un praticien :

Accueil

>

Actualités

>

Le rôle méconnu de l'alimentation sur la cicatrisation

Le rôle méconnu de l'alimentation sur la cicatrisation

Par Emmanuel Brousse - 04/04/2016 à 14:14

Dire que bien manger est important ne surprendra personne. On connait l'actio du calcium pour les os, l'importance de limiter les graisses pour éviter les accidents circulatoires... En revanche, l'impact de ce que l'on mange sur la cicatrisation est un sujet qui est souvent ignoré.

On connaissait depuis bien longtemps la phototaxie, la capacité des bactéries à se déplacer en fonction de la lumière. On connait désormais aussi le phénomène qui rend ces micro-organismes capables de tels mouvements. Et il s'agit tout simplement de... la vue ! En observant des cyanobactéries aquatiques, les chercheurs de l'université Queen Mary de Londres ont constaté que la forme elliptique des bactéries permettait à la lumière de se concentrer en un point au centre des cellules. Un petit « capteur » détermine alors la direction de la source de la lumière en fonction du point de convergence des rayons et enclenche les « pili », de micro-tentacules qui permettent à la bactérie de se déplacer. /

Ce système de convergence de la lumière vers un point grâce à une surface arrondie est en tout point semblable à celui d'un œil extrêmement miniaturisé. Bien entendu, une bactérie ne peut pas réellement « voir » une image puisqu'elle n'a pas de cerveau et que son « oeil » possède une résolution 500 millions de fois plus faible qu'un œil humain. Mais cette capacité à percevoir la lumière et à se déplacer en conséquent n'en est pas moins indispensable pour ces organismes qui grandissent et se multiplient grâce à la photosynthèse. /

Pour parvenir à démontrer ce phénomène, l'équipe germano-britanniques a braqué des lasers sur des cyanobactéries de type Synechocystis et s'est aperçue que celles-ci se déplacaient dans la direction opposée au faisceau lumineux et en ont déduit que la surface elliptique des cellules permettait à celles-ci de « comprendre » l'angle du laser comme le ferait un œil. /

Pas vantard pour un sou, le professeur Conrad Mullineaux, responsable de l'équipe ayant mis en évidence la capacité des bactéries à « voir », a expliqué que cette découverte était finalement assez logique : « ces organismes sont étudiés depuis 300 ans et avec le recul, il était assez évident que la forme des bactéries en fasse aussi des objets optiques. Mais encore fallait-il l'observer pour le prouver». C'est désormais chose faite. /