Recherchez un praticien :

Accueil

>

Actualités

>

L'exposition au tabagisme chez les enfants en bas âge serait tout aussi mauvais que de fumer pendant la grossesse

L'exposition au tabagisme chez les enfants en bas âge serait tout aussi mauvais que de fumer pendant la grossesse

Par Mathilde Renault - 26/06/2015 à 13:17

Des chercheurs de l'Université de Montréal publient une première étude portant sur les effets du tabagisme des ménages sur leur enfant notamment dans l'évolution de leur corpulence. Les enfants dont les parents fumaient quand ils étaient tous petits sont plus susceptibles d'avoir un tour de taille plus large et un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé d'après un article publié par le professeur Linda Pagani dans « Nicotine and Tobacco Research », un journal de l'Université d'Oxford.

Cette étude est la première à identifier précisément les effets du tabagisme sur le poids de l'enfant et ce en prenant en compte tous les facteurs de risques possibles qui auraient pu avoir une influence, tels que la santé mentale de la mère et ses effets sur les choix de vie. Pagani et son équipe en sont arrivés à leurs conclusions en réutilisant des données recueillies dans le cadre de l'Etude Longitudinale québécoise sur le développement des enfants (Quebec Longitudinal Study of Child Development), vaste enquête qui s'est déroulée dans toute la province et dans laquelle parents et enfants ont contribué au suivi des enfants par recueil d'informations sur le développement, le bien être, le mode de vie, l'environnement social et le comportement de ces derniers. Les résultats sont ainsi issus d'un échantillon de 2055 familles.

Le tabagisme passif une affaire de taille

« A l'âge de 10 ans les enfants qui ont été exposés par intermittence ou en continu à la fumée sont susceptibles d'avoir des tailles jusqu'à 3/5ème de pouce (Ndlr : soit 1.52 cm environ) plus large que leur camarade. L'IMC quant à lui est susceptible de faire de 0.48 à 0.81 points de plus que la moyenne. Cette corrélation est presque aussi importante que celle du tabagisme de la mère pendant la grossesse » explique le professeur Linda Pagani. Dans le monde 40% des enfants seraient exposés au tabagisme passif. Si la variabilité de la taille et de l'IMC peut sembler faible, celle-ci est significative en ce qu'elle survient lors d'une période majeure dans la croissance de l'enfant appelée communément « rebond d'adiposité ». Au cours de la croissance de l'enfant, la corpulence varie de manière importante. Elle augmente en général fortement la première année de vie, diminue jusqu'à l'âge de 6 ans environ et réaugmente jusqu'à l'adolescence. Le « rebond d'adiposité » indique le moment de la croissance où l'IMC est au plus bas avant de se remettre à croitre. Plus le rebond survient tôt, plus la probabilité que l'enfant soit obèse est importante.

Une corrélation complexe à ne pas négliger

Ce léger gain de poids observé par le centre de recherche Sainte Justine de l'université de Montréal pourrait donc avoir des effets à longs termes. Pagani propose ainsi plusieurs explications à la possible relation de cause à effet entre tabagisme passif et obésité chez les enfants.
« L'exposition de l'enfant au tabagisme passif pourrait être à l'origine de déséquilibres endocriniens et altérer le développement du fonctionnement neurologique (…). Les mécanismes par lesquels le tabagisme des ménages a un impact négatif sur le système immunitaire, le développement neurologique et le processus cardio-vasculaire, sont multiples et transversaux. Par exemple, les jeunes enfants ont des besoins en termes de ventilation 2 à 3 fois plus élevés que les adultes en raison de l'immaturité de leurs organes » explique Pagani. En conséquence, le tabagisme passif entraine des effets bien plus nocifs chez les enfants que chez les adultes. Dans tous les cas ces résultats soulignent l'importance des initiatives de santé publique et de la sensibilisation des parents visant à la réduction de l'exposition domestique au cours de la petite enfance. A quand donc de nouveaux spots de préventions en France ?

Sources :

www.oxfordjournals.org/en/ www.eurekalert.org/multimedia/pub/94011.php www.nutripro.nestle.fr/dossier/nutrition-pathologies/surpoids-et-obesite/surpoids-et-obesite-de-lenfant-et-de-ladolescent/articles/un-apercu-sur-le-surpoids-et-lobesite-de-lenfant